AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -- me before you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Razvan Iaeck
Admin
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: -- me before you    Dim 23 Aoû - 1:28

Odin est auteur, anciennement à succès il est désormais atteint du syndrome de la page blanche suite au départ de sa bien aimée. arrivé depuis plus de trois deux années, au départ il était venu chercher l'inspiration qui lui manquait. désormais c'est parce que la ville est devenu son havre de paix qu'il ne se sent pas l'âme de la quitter. grincheux, brute, robuste, il s'est renfermé sur lui-même et n'a que très peu de proches sur lesquels il peut réellement compter. récemment une jeune demoiselle est venue toquer à sa porte, se présentant comme étant la femme du propriétaire. à la rue et complètement désorientée par la disparition de son compagnon censé retourner aux sources, elle a commencé par crécher à l'hôtel avant de finir par venir s'installer dans une sorte de dépendance, ses visites se faisant de plus en plus courantes. finalement elle a laissé tomber l'idée de retrouver cet homme qui lui sans doute menti sur toute la ligne.

_________________

J'attends sous les néons le néant ou l'étincelle. qui remarque les fissures sur ces vitres perdues ? casse moi ou casse toi -- grand blanc, tendresse  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Razvan Iaeck
Admin
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: -- me before you    Dim 3 Avr - 0:14


seul, nino se retrouve seul, encore. et c'est cette solitude qui le laisse face à ses pensées obscures, celle qui le dévorent, qui lui broient les viscères et lui bouffent les méninges. installé à une table, il enchaîne les verres sans plaisir, sans conviction. tout est de sa faute de toute façon. rien ne serait arrivé s'il n'avait pas été un petit merdeux, un sale petit con. des mois maintenant et toujours cette même haine envers lui-même, ces mêmes regrets, cette même honte. ça le tue de la voir dans cet état, de ne plus apercevoir cette même étincelle dans ses yeux, de ne pas la voir danser comme elle aimait tant le faire. parfois dans ses rêves il la revoit. ils sont plus jeunes et elle est brillante, comme toujours. elle virevolte et tout le monde autour n'a d'yeux que pour elle, pour cette valse, cette grâce qui émane d'elle. pris d'un haut le coeur, il porte la main à sa bouche. ce n'est pas l'alcool qui fait effet, voilà bien des années qu'il ne ressent plus rien, mais l'idée même qu'il ait pu malgré lui foutre la vie de sa soeur en l'air. un mal de crâne lui foudroie le cerveau. à trop réfléchir, à trop s'apitoyer il se retrouvait avec des maux de têtes à répétitions. nino se masse les tempes, soupirant face à l'injustice du monde. puis il avale d'une traite le restant de son verre. c'est là qu'il la voit, cette fille qui l'observe. elle est attablée avec quelques copines, elle rit faussement à quelques vannes envoyées par-ci par-là et pourtant elle ne semble obnubilée que par ce type seule et dans sa bulle. nino, il lui adresse un sourire. par habitude ou par politesse plus que par désir. il sait que s'il se dirige vers elle, quelques mots suffiront à passer une nuit à s'oublier dans les bras l'un de l'autre, mais il n'en veut pas. il ne veut pas de ça et il ne pourrait pas car ce sera la considéré comme un moyen d'oublier. alors il se lève et se dirige vers la sortie. il n'a plus rien à faire ici et il sait que s'il reste encore il finira ivre mort, incapable de rentrer chez lui. mademoiselle, non. encore une fois non. il n'entend que des bribes de cette conversation mêlée au brouhaha infernale des fumeurs devant le bar. quelques regards sont tournés vers la scène qui se déroule, plus ou moins discrètement. quelques rires, d'autres lèvent les yeux au ciel et certains s'en contre-fiche puisque eux aussi commencent à être attaqués par l'alcool. au début nino ne la reconnaît pas. en même temps comment pouvait-il se douter que ce serait elle ? puis il passe devant le barman et il la reconnaît. maona. sa bouche s'entre-ouvre et il ne pige pas. pourquoi, comment, fais chier. laissez je m'occupe d'elle. le barman le dévisage, inquiet et méfiant. puis nino lui assure qu'il l'a connaît, même s'il sait qu'au fond cette affirmation ne devrait pas être suffisante. il attrape mao par les épaules et essaye de fixer son regard. putain mao, t'es torchée... en soit il espère qu'elle l'enverra pas balader. parce qu'il craint que si elle se casse sans lui, cette soirée tourne mal pour elle.

_________________

J'attends sous les néons le néant ou l'étincelle. qui remarque les fissures sur ces vitres perdues ? casse moi ou casse toi -- grand blanc, tendresse  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
 
-- me before you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INDIGO HOME :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-
Sauter vers: