AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 hearts of gold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wendy Berlioz
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: hearts of gold   Dim 29 Jan - 13:35

[nos doigts qui s'écorchent à la couleur des roses ]

   

- jebediah 'jedh' burghs -
trente ans - cuisinier étoilé - straw hat
date, lieu de naissance: c'est l'air de l'arizona sur les terres de redcliff qu'il a embaumé ses poumons lors de son premier souffle, le trois mars 1986. cette ville qui l'a vu grandir, s'épanouir et qu'il a quitté pour d'autres horizons. jedh il pensait pouvoir faire sa vie ailleurs et pourtant le destin a voulu qu'il s'y installe de nouveau. nationalité, origines: américaine, comme bien des générations avant lui. pourtant si l'on remonte assez loin dans sa généalogie on lui trouve des origines argentines du côté de son paternel. statut civil, orientation sexuelle: jedh s'est longtemps laissé séduire par les courbes féminines, les effluves de vanille qui parfument leur corps ensorcelant. il a joué de ses propres charmes pour séduire ces demoiselles qui avaient le don de lui faire tourner la tête, jusqu'à ce qu'il trouve celle qui est parvenu à atteindre son coeur, son âme et non son second cerveau. jedh, il est marié avec cette femme depuis maintenant quatre ans. il pensait leur amour à l'épreuve de la vie et pourtant voilà un an qu'elle s'est envolée lui laissant les papiers du divorce comme dernier souvenir. job, statut financier: une passion dévorante qu'il a su exploiter à des fins professionnels, se créant un avenir au départ incertain. cuisinier de coeur, il y a dans ses doigts et dans son coeur cette magie pure qui lui permet de transformer les éléments en festin. il a vu son travail couronné quatre année plus tôt d'une étoile, une fierté sans égale. il possède un restaurant à philadelphie, abandonné à son retour au profit de cette brasserie qui ne paye pas de mine ouverte il y a six mois à redcliff.  situation familiale: aîné d'une fratrie de deux, jedh n'a jamais porté un réel sens à la famille jusqu'à ce qu'il se décide à fonder la sienne. cette femme formidable auprès de laquelle il était parvenu à s'épanouir lui avait donné des envies qu'il n'imaginait autrefois pas. il s'était entrevu dans une maison finement décorée, des rires d'enfants égayant l'atmosphère. mais ce n'est pas arrivé et ça n'arrivera sans doute jamais. traits de caractère: affectueux, ambitieux, appliqué, attentionné, bagarreur, bienveillant, borné, dévoué, fier, galant, impliqué, impulsif intègre, jaloux, loyal, obstiné, passionné, perfectionniste, pointilleux, protecteur, romantique, spontané, susceptible, vrai. avatar, crédits: matthew daddario, tumblr.

- it's these expressions you never give -
(001.) jedh a vécu une enfance heureuse et sans grand trouble. épanoui au sain d'une famille aimante et chaleureuse, il n'a jamais manqué de rien autant sur le plan financier qu'émotionnel. parce que même si l'argent ne coulait pas à flot, ils savaient se contenter de ce qu'ils avaient dans les valeurs que leur ont inculqué leurs parents. jedh, c'était ce gosse trop charismatique, cette gueule angélique que l'on désirait croquer tout en sachant que ses charmes étaient capables de nous bouffer. et il en a joué, de tout ça, lorsque ses hormones étaient devenus sa raison de penser. il en a joué, manquant presque d'en abuser. il se donnait un style, jedh. un style de garçon revêche et mystérieux, à fredonner quelques airs sur le son d'une guitare, parce qu'il savait que c'était tout ce qui plaisait aux demoiselles. (002.) depuis tout petit, jedh traînait dans les pates de sa tante décédée bien trop tôt. c'est elle l'essence même de sa vocation. elle lui a transmis cette passion culinaire devenu plus qu'un gagne pain aujourd'hui. c'est tante haley qui lui a appris toutes ces bases qui lui ont permis de devenir ce chef étoilé qu'il est désormais. et, à chaque nouveau plat, c'est une pensée vers le ciel, un baiser, un regard. c'est par ce geste qu'il cherche l’approbation d'une femme qu'il aimerait tant récupérer aux anges. (003.) clive c'est son tweedle dee alors qu'il est son tweedle dum. à deux, ils formaient ces jumeaux démoniaques prêts à conquérir le monde, à qui rien ne résiste. ils se sont aimés comme des frères allant jusqu'à lier leur sang étant gamins. et c'est sans nul doute parce que jedh l'a autant aimé qu'il le déteste à en mourir aujourd'hui. une haine proche de la folie qui s'anime à chaque échange furtif de regard, à chaque fois qu'il repense à ses lèvres s'écrasant sur celles charnues et délicieuses de sa belle. (004.) jedh, il pensait pas être un jour capable d'aimer autant une personne. d'un amour inconditionnel et aussi pur que celui qu'il éprouve à l'égard de sa femme. harlow. c'est dingue comment une personne peut débarquer dans votre vie et s'emparer de votre coeur en un battement de cils. parce que c'est ce qu'il s'est passé : jedh il en est tombé amoureux dès le premier regard. un coup de foudre qui aurait pu les mener à leur perte. une chute libre qu'il ne pensait jamais voir arriver, et pourtant ... le destin c'est bien joué de lui. malgré tout, harlow restera la seule femme qu'il aimera avec tant d'intensité. elle l'a changé, métamorphosé, laissant sa véritable personnalité se dévoiler au grand jour. cet homme si doux et généreux qui sommeillait en lui, souffre désormais, regrettant le bad guy qu'il était plus ou moins autrefois. (005.) harlow, c'est bien la seule femme avec qui il songeait avoir des enfants. s'il n'avait jusqu'alors jamais vraiment songé à former une famille à son tour, c'est à son contact qu'il a vu son avenir se transformer, révélant une maison animée par les rires enfantins. mais ce n'est jamais arrivé. ils ont essayé pourtant, longtemps, trop. mais sans doute pas assez, pas correctement. jedh, il s'était dit que c'était ce combat qui l'avait fait fuir, jusqu'à ce qu'il se remémore ces pilules cachées, ces médicaments. alors il en est venu à la conclusion certaine qu'elle ne désirait pas fonder tout comme lui une famille à ses côtés. qu'elle n'était tout bonnement plus heureuse avec lui et qu'elle rêvait d'un ailleurs, d'un monde sans lui. et qu'elle est partie, sereine, former sa tribu avec un autre. (006.) jedh c'était plus qu'une larve. c'était un cadavre qui se nourrissait peu et qui buvait trop. aujourd'hui il reprend des couleurs passant du gris si brumeux, à un beige encore trop pâle. il se fait, doucement, à cette vie sans elle, même si le soir venu il s'écroule sous le poids de la tristesse et de la solitude. il n'y arrive simplement pas, parce que le monde sans harlow n'a plus aucune saveur. (007.) à son retour, jedh a renoué avec son passé et certains fantômes sont venus le hanter. c'est le cas de cette charmante surie, demoiselle avec qui il a vécu une relation aussi tumultueuse qu'expéditive. il s'est pourtant tout de suite souvenu de ce regard pétillant, de ces joues généreuses et de ce derrière rebondi. et si elle est bien décidée à renouer avec lui, ce n'est pas réellement l'avis de jedh qui n'a de cesse de penser à harlow. pourtant l'annonce choc de sa paternité change étrangement la donne. lui, père d'un gamin de sept ans, découvre progressivement la joie d'avoir un enfant et, dans cette expérience nouvelle il se rapproche de celle qui a neuf mois durant porté leur noah. (008.) jedh fume, beaucoup trop. il ne s'en rend désormais plus compte et parfois il lui arrive de s'en griller une à peine la précédente écrasée. il sait que cette dope nuit à sa santé, mais aujourd'hui elle est bien le cadet de ses soucis. s'il s'était toujours promis d'arrêter de fumer le jour où ils auraient un enfant, sa rencontre avec noah n'a en rien changé la donne. il fume, toujours autant si ce n'est plus encore. à côté de ça, jedh a toujours été un amateur de bons vins. pourtant ce n'est pas dans cet alcool qu'il juge trop doux et fin, qu'il noie sa peine. addict à son bon vieux scotch il a des semaines durant transformer son sang en un épais liquide brunâtre imprégné de cette odeur forte et brute. (009.) dans ses nuits les plus sombres il revoit ces deux visages se rapprocher l'un de l'autre. et dans un cri de désespoir il se réveille en sueur, le coeur battant et les yeux gorgés de sang. parce que jedh est bien loin de connaître cette vérité qui se cache derrière l'horreur de ce baiser échangé à la volée. il ne connaît rien de ce subterfuge visant à le forcer à signer des papiers qu'il a depuis bien longtemps abandonnés au fond d'un tiroir. (010.) jedh, il se refuse de signer le divorce. il en est incapable car cela signifierait tirer un trait sur cette femme qui représente toute sa vie. parfois il lui arrive même de songer que signer ces papiers reviendrait à signer son arrêt de mort, un pact avec le diable, lui léguant tout ce qui lui reste de son âme. (011.) séparé et non divorcé, jedh porte toujours son alliance à son annulaire. si autrefois il ne portait aucune attention à cet anneau argenté, aujourd'hui tout est différent. cette simple bague en or blanc représente le dernier lien qui le relie à harlow d'une façon aussi métaphorique que réelle. parce qu'il représente cet engagement qu'il pensait éternel, ce oui plein d'amour et de promesse. et que jamais il ne serait capable de se défaire de fil invisible qui le rattache à elle.  (012.) la famille hartley n'a eut de cesse de le surprendre. s'il les trouvait aux premiers abords étranges il est aujourd'hui fasciné par leur moral et leur gentillesse. il sait qu'il ne devrait pas, mais il reste toujours proche des soeurs d'harlow, d'une façon peut être perverse et tortueuse, certes. il ne les voit pas souvent, mais ce qu'elles lui racontent le rassure tout autant que ça l'effraie. il ne sait plus que croire. il ne sait plus s'il doit continuer à espérer ou se rendre à l'évidence qu'elle ne reviendra pas. ce qu'il sait pourtant c'est qu'elles se gardent bien d'avouer des secrets intimes, des détails qui régleraient pourtant toute cette histoire de divorce inutile. (013.) jedh, bien décidé à ne plus quitter redcliff avant un bon moment, a ouvert il y a quelques mois un nouveau restaurant. bien loin du chic de l'ancien, celui-ci est sans prétentions. la nourriture est goûteuse, délicate et inégale en matière de rapport qualité/prix. et pourtant.. jedh est bien incapable d'innover. il n'est plus ce chef débordant d'imagination et de ferveur. et, dans ce retour aux sources, c'est son étoile scintillante qui se ternit, menaçant de lui est retiré.


✻ ✻ ✻
pseudo, prénom: spf, cynthia. âge, pays: vingt-trois ans, france. personnage: inventé. dédicace:  :sex:  :sex:  :sex:

_________________

Love's involved with spending time together, but spending time apart, can lead to loving even more -- remember me  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Wendy Berlioz
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: hearts of gold   Dim 29 Jan - 13:35

- keep me searching for a heart of gold -
( ★★★ )

Un verre de champagne à la main, Jedh déambulait dans la grande salle où se déroulaient les festivités. Contemplant les convives déguster ses mets, il affichait un sourire satisfait. Alors qu'il avait longtemps hésité, il ne regrettait désormais pas de s'être laissé convaincre par Clive de concocter les différents petits fours et autres mignardises qui défilaient en ce jour sur les plateaux lors de cette conférence. Bien qu'il ait dans un premier tant refusé de n'être qu'un vulgaire traiteur, Jedh devait bien avouer que cet événement serait un énième coup de pouce pour sa carrière montante. Alors que son regard suivait un serveur tout de noir et blanc vêtu, il se porta sur une jeune femme, seule, contemplant le paysage à travers la baie vitrée. Il n'aurait sut dire pourquoi ni comment il fut attiré ainsi à la rejoindre, mais son corps s'était rendu jusqu'à elle, tel un automatisme, incontrôlable. C'est beau n'est-ce pas ? Elle semblait ne pas avoir remarqué sa présence jusqu'à ce qu'il ne prononce ces mots. Levant la tête dans sa direction, son regard noisette le scrutait avec intensité. Philadelphie sous la pluie ... Cette touche de nostalgie, c'est ce qui fait tout son charme. Elle fronça doucement les sourcils avant que son visage ne s'adoucisse d'un léger sourire. S'humidifiant délicatement les lèvres, elle porta à nouveau son regard en direction de la rue. Philadelphie a cette capacité à inspirer les gens. Poe, Brown, Alcott,.. Ses lèvres s'étaient pincé en un sourire plus intense, plus radieux, suivant ses pommettes qui s'étaient creusées. Je crois que c'est cette cité qui amène les gens à se fasciner pour la littérature américaine. Une aura de mystère planait sur cette femme qui, de ses yeux pétillants, dégageait plus de charme et de passion qu'il n'avait vu dans sa piètre vie. Je ne lis pas beaucoup, malheureusement.. Son doux visage bascula sur le côté alors que ses yeux se plongeaient dans ceux de Jedh. Vous n'êtes donc pas ici pour la conférence ? - Plus ou moins. Un ami m'a convié aux festivités, mais je dois avouer ne pas être très touché par l'étude de la littérature. Mes s'arrêtent généralement à ma liste de course, les journaux quotidiens et les anciens lucky luke. Un rire, peu assuré et assumé, s'était échappé des lèvres de la demoiselle, alors qu'elle portait sa main à sa bouche comme pour le camoufler. Charmé par cette mélodie, Jedh ne pu se retenir de sourire puis de rire à son tour. Harlow Hartley, autrement dit celle qui a fait la lecture la plus barbante de la terre, dit-elle, ironiquement, en référence à son caractère non réceptive aux connotations littéraires. Jedh Burghs, ou l'invité endormi au quatrième rang. Il empoigna la main qu'elle lui tendait de façon formelle sans la quitter une seule seconde du regard. Harlow s'était mise à rire de nouveau, de faon plus assurée et plus libérée que précédemment. Loin de tout, loin des autres, il lui semblait que plus rien n'existait autour de lui, à part elle. Ses yeux scintillants, sa douce voix, le son mélodieux de son rire, les traits harmonieux de son visage, la courbure de ses lèvres, son sourire. Tout chez elle avait le don de l'hypnotiser, le faisant fondre d'admiration. Lorsque l'un des serveurs passa près d'eux, Jedh lui fit signe de s'arrêter. Une petite gourmandise ? - Non merci.. Au risque de paraître impolie, je trouve la nourriture abominable et j'aimerais éviter de me réveiller avec l'estomac douloureux. L'un des organisateurs a insisté pour embaucher son ami cuisinier, étoilé soit disant.. Je ne savais pas qu'il était si facile de gagner en réutation de nos jours. Jedh s'était pincé les lèvres, retenant un rire nerveux. Il levait les yeux au ciel, mais admirant sa franchise, encaissant tout de même avec difficulté la critique. Quelque chose ne va pas ? - Disons simplement que mon égo de cuisinier amateur en a pris un coup. Portant ses mains à sa bouche, Harlow écarquillait les yeux, laissant un petit cri d'étonnement s'échapper de ses lèvres. Je.. je suis vraiment désolée, je ne savais pas enfin.. jamais je n'aurais.. les convives ont l'air de se régaler vous me direz, je suis simplement.. - Difficile à satisfaire ? Un sourcil arqué, Jedh la regardait un sourire amusé dessiné sur les lèvres. Confuse.. Sa main s'était posée sur le bras de Jedh alors qu'elle semblait se mordiller l'intérieur de la joue. Ce n'est rien, après tout les goûts et les couleurs ne se discutent pas et puis les encas ne pouvaient pas plaire à tout le monde. Il n'y a pas mort d'homme. Se voulant rassurant, il haussa les épaules tout en avalant l'une des bouchées qui l'attendaient sur le plateau que tenait patiemment le serveur. Il hésita un instant et plongea son regard dans celui d'Harlow, essayant de deviner la plus infime parcelle de ses émotions, de ses pensées. Puis, comme s'il n'avait rien à perde, il lança sa demande sur ce ton séducteur qui avait d'ors et déjà fait ses preuves. Je connais un petit restaurant à la française pas loin d'ici. Il marqua une courte pause, cherchant dans ses yeux ce courage qui le quittait étonnement lorsqu'il se trouvait face à elle. Jje me disais que cette histoire pourrait être enterrée si vous acceptiez de m'y accompagner un jour ? Pour vous faire pardonner de votre maladresse et moi de la potentielle indigestion que je vous aurais infligé. Harlow venait de pencher à nouveau la tête sur le côté. Elle semblait l'observer sous toutes ses coutures et ce dans un silence neutre. C'est d'accord. Plutôt étonné, Jedh recula la tête avant d'afficher un sourire radieux qu'elle lui rendit avec grace. Sourire à jamais gravé dans sa mémoire.


( ★★★ )

Assise sur son fauteuil, emmitouflée dans sa couverture de laine, Harlow laissait son doigt glisser sur les lignes couvrants une page de son livre jaunie par les années. Absorbée par sa lecture, rien autour d'elle n'existait réellement. Elle s'était doucement enfermée dans sa bulle où seul Jedh était invité à s'immiscer. Frissonnant lorsque la brise automnale vint souffler jusqu'à elle, Harlow replaça le plaid sur ses minces épaules. Alors qu'elle tournait une énième page de son roman, un petit papier glissa jusqu'à ses pieds. Ses sourcils se froncèrent alors qu'elle cherchait dans sa mémoire ce qu'elle avait bien pu laisser traîner par là. Puis, défaisant une à une les pliures, un sourire rêveur et amoureux se creusa sur ses lèvres alors que les premiers mots de cette lettre parvenaient à son esprit. Ma tendre Harlow. Son regard s'était illuminé comme si ce malheureux bout de papier était la plus belle chose qui lui était donné de lire. Après quelques lignes où Jedh lui contait avec humour et tendresse combien son amour pour elle était fort, il l'invita à le rejoindre dans la cuisine. A l'évidence, Jedh ne s'y trouvait pas. A la place, Harlow trouva une tartelette à la fraise, maison, sur laquelle était inscrit à la crème pâtissière : Croque-moi. Amusée, elle se laissait guidée et, avec entrain, elle croqua dans la pâte feuilletée, dégustant cette mousse légère aux saveurs de fraises qui chatouillait ses papilles. Gourmande et innocente, Harlow s'apprêtait à manger la totalité de cette pâtisserie, songeant qu'elle représentait la seule surprise qu'il lui réservait. Elle ne remarqua qu'ensuite le deuxième papier plastifié cette fois-ci, sur lequel était inscrit : Cherches Alice là où tout ouvrage trouve sa place. La référence à ce conte qui avait bercé son enfance n'était pas passée inaperçue. Harlow, intriguée par cette mystérieuse chasse au trésor, se laissait tentée par la promenade qu'il l'invitait à faire. Elle n'eut pas besoin de chercher bien longtemps avant de comprendre où son bien aimé cherchait à l'attirer. A peine arrivée à la bibliothèque, elle se dirigea vers le comptait. Bonjour, excusez-moi, est-ce qu'une édition d'Alice aux pays des merveilles aurait été empruntée récemment ? - Faudrait être plus précise que ça ma petite dame. - Vous avez une édition originale ? autrement cherche la plus ancienne que vous possédez. Les mains posées sur le comptoir, Harlow s'agitait sans même s'en rendre compte. Pressée et excitée par cette course, elle fixait du regard cet homme pianotant sur son clavier d'ordinateur. Edition originale, empruntée il y a deux heures. La personne ne la pas redéposé ensuite. Après l'avoir remercié à la volée, Harlow se rua presque à travers les étalages. Suivant son instinct, elle cherchait au plus profond de son esprit cette connexion qui lui permettrait de comprendre où Jedh et Alice pouvait bien se cacher. Puis, alors qu'elle retraçait le chemin qu'elle effectuait presque chaque jour, alors qu'elle passait près de la place où elle avait pour habitude de s'asseoir, elle le lit. Lui, cette édition. A demi-assise sur la chaise, elle passa ses doigts sur la reliure de ce livre ancien. Harlow tourna la première de couverture pour y trouver une pétale de rose accompagnée d'une adresse. Un fleuriste. Elle secouait la tête, ne sachant contenir un rire amusé avant de se mordre la lèvre inférieure à l'idée que son Jedh ait organisé tout ce manège rien que pour elle. Le bruit de la clochette retentit lorsqu'elle passa le pas de la porte. Tout autour d'elle, une odeur de parfum de fleurs, d'exotisme et de douceur embrumait la pièce. Bonjour, je suis venue récupérer une commande au nom d'Harlow. - Je regarde ça tout de suite madame.. Je suis désolée, mais il n'y a rien à ce nom. Harlow en était à la fois étonnée et déçue. Elle se mordait l'intérieur de la joue, fixant le sol pour mieux réfléchir à la suite de cette énigme qu'il lui avait laissé. Burghs alors ? Ou Jebediah, Jedh peut-être ? - Rien non plus madame. Excédée de ne pas résoudre avec facilité l'énigme qui s'imposait à elle, Harlow serrait les dents, songeant à vérifier si l'adresse était la bonne. Puis, sans vraiment y croire, elle tenta une illumination certaine.. Et au nom de Carroll vous auriez quelque chose ? - A ça oui, je vais aller voir en réserve de qui il s'agit. Un sourire fier et satisfait s'était dessiné sur son visage, elle qui n'aurait jamais cru que Jedh aille aussi loin dans ses recherches. Lui, pas littéraire pour un sous, était allé jusqu'à donné comme nom celui de l'auteur d'Alice et de ses aventures. La fleuriste revint avec une violette, une simple violette nouée d'un ruban. Harlow porta la fleur à son nez, dégustant avec passion l'odeur qui s'en dégageait, l'éloignant et l'approchant à nouveau de son organe olfactif pour en capturer toute l'essence. Je me souviens de ce client, un charmant monsieur. Vous devez en avoir de la chance, ça fait bien longtemps que mon mari ne prend plus la peine de me faire de cadeau. Ses yeux pétillaient alors qu'elle ne pouvait se défaire de ce doux sourire ancré sur ses lèvres. Harlow remercia gentiment cette femme un peu robuste, mais qui lui semblait sincère. Ce n'est qu'un fois dans la rue, après être sortie de la petite boutique, qu'elle trouva le petit papier accroché au ruban. Papier sur lequel elle pouvait lire, en français écrit à la plume : Retrouve-moi.. Harlow se mordit la lèvre inférieure pour la énième fois en quelques heures. Elle affichait toujours ce sourire radieux et amoureux qui l'accompagnait depuis le début de son périple. Elle n'eut pas besoin de beaucoup réfléchir pour comprendre où Jedh désirait qu'elle se rende ensuite. Dès lors qu'elle passa le pas de la porte de ce petit restaurant français où ils avaient tous les deux dîné pour la première fois, le son d'une mélodie familière résonna dans la salle. Les yeux fermés, Harlow se laissa bercer par cette douce musique, en fredonnant quelques bribes de paroles. Oh simple thing where have you gone, i'm getting old and i need something to rely on. A la fin du refrain, alors que Keane prononçait délicatement ces mots qu'ils avaient choisi pour titre de leur chanson, alors que somewhere only we know résonnait dans son esprit, l'un des serveurs se présenta à elle. Jebediah m'a demandé de vous informer qu'il vous attendait en bas de l'arbre où cette musique vous guidera. Harlow pencha doucement la tête sur le côté, les lèvres pincées. Il vous attendait.., mais était-ce encore là une étape de cette chasse qui ne semblait plus en finir ? Après avoir parcourut plusieurs kilomètres, c'est tout proche de leur appartement qu'elle se retrouvait. Déambulant lentement dans le parc, elle prêtait attention à tout ce qui se déroulait autour d'elle, jusqu'à ce qu'elle l'aperçut. Lui, enfin. Jedh, attendait sous cet arbre où Keane avait chanté pour eux. Harlow se mordit la lèvre, riant et souriant face à cet homme qui la regardait avec intensité. Alors qu'elle semblait lui demander à quoi tout cela rimait, il haussa les épaules avant qu'elle ne se rue pour rejoindre ses bras. Jedh l'attrapa à la volée. Il venait placer une main sur son visage, la seconde dans le creux de ses reins, et se penchait pour l'embrasser avec passion. Lorsque leur étreinte pris fin, Jedh encadra son visage sans détacher son regard du sien, cherchant à nouveau le courage dans cet amour qu'ils partageaient à deux. Épouse-moi, prononça-t-il comme dans un murmure. Harlow, après avoir laisser un petit rire cristallin s'échapper de ses lèvres, joint sa mère à celle de son amour. Oui ! Un simple oui, unique mot qu'elle était alors capable de prononcer, l'émotion gagnant ses prunelles. Son regard fixait celui de son futur époux, plus pétillant et amoureux que jamais. Jedh s'empara de ses lèvres, caressant doucement son visage avant de déposer un baiser sur son front et de l'embrasser à nouveau. Ils étaient heureux, et amoureux.


( ★★★ )

Une épave serait un euphémisme pour caractériser l'état dans lequel Jedh se trouvait. Sale, dépravé, dans un état de conscience assimilable à un semi-coma, il gisait tel un cadavre sur le canapé du salon. Les seules raisons qui le poussaient à errer dans l'appartement étaient pour se nourrir - lorsqu'il le faisait - fumer une cigarette - s'il ne la fumait pas étalé sur le sofa - ou remplir son verre - lorsqu'il ne buvait pas à même la bouteille. Le regard dans le vague, il se laissait bercer par cette musique qui, telle une torture, tournait en boucle depuis des jours. Cette musique, leur musique. Un bout de salade tenu du bout des doigts, il la poussait en direction de cet animal qui s'animait sur son abdomen. La torture s'avançait lentement pour venir croquer à plusieurs reprises la laitue qui s'offrait à elle. Seul. Voilà comment il se sentait : atrocement seul. L'unique compagnie qu'il avait eut durant ces derniers jours était celle de cet animal peu bavard et aux démonstrations d'affection énigmatiques. Ce n'est plus que toi et moi maintenant, ma petite Gladys. Passant son doigt sur la tête rugueuse de la tortue, Jedh tenta une caresse alors qu'un semblant de sourire triste se dessinait sur ses lèvres. Gladys et Keane le berçaient dans ses journées et ses nuits cauchemardesques. Elle était partie. Elle. Sa Harlow tant aimée. Elle l'avait abandonné, le laissant seul avec ses questions. Questions qui lui torturaient sans cesse l'esprit. Qu'avait-il donc fait pour qu'elle le quitte ? Rien dont il puisse se souvenir. Comment en étaient-ils arrivés à l'ennui dans leur couple ? Il refusait de méditer à ce sujet, la peine étant trop forte. Son portable posé non loin de lui sur la table, dans l'espoir de recevoir de ses nouvelles ne cessait de sonner. Pourtant le son n'atteignait pas ses oreilles assourdies par le battement de son coeur contre ses tempes. Ce n'est qu'au bout du cinquième appel qu'il consenti à répondre à Clive. Un peu plus et je me serais dit que tu t'étais enfin décidé à te jeter sous les rails du train. Bien qu'il ne puisse pas le voir à l'autre bout du fil, Jedh leva les yeux au ciel avant de se laisser s'enfoncer dans le moelleux du canapé. Je t'appelle pour prendre de tes nouvelles, c'est pas que je m'inquiète, mais si en fait. Gloria m'a appelé.. elle m'a prévenu que tu n'étais pas venu bosser depuis une semaine et autant te dire que c'est pas ton genre de laisser tomber les cuisines. - Je vais bien merci de t'en inquiéter, salut Clive. - Non non non, attend ! Jedh s'apprêtait à raccrocher, mais il resta un instant silencieux, la main hésitante. Un long et profond soupir s'extirpait de ses lèvres accompagnant la fermeture de ses paupières, lui permettant de canalyser cette douleur qui lui empoignait le coeur. Je sais que ça ne va pas, je ne suis pas dupe et franchement ça m'étonne que tu puisses croire pouvoir me la faire à l'envers. A moi.. Jedh, je t'assure que je te connais assez pour savoir que la maison est dans un état pitoyable tout comme toi, et ce à des centaines de kilomètres ! Touché. Jedh restait silencieux, laissant à son ami l'opportunité de parler. Il réprimait cette tentante envie de lui raccrocher au nez, lui, l'unique personne avec qui il avait eut une conversation depuis plusieurs jours en dehors de .. Gladys, ce qui n'était pas très glorieux. Tu veux que je vienne ? - Non.. - Alors rejoins-nous à Redcliff, ne serait-ce que pour quelques jours.. A nouveau ce soupire. Jedh passait sa main libre dans ses cheveux sales. Il n'envisageait cette proposition que dans le but de le faire taire. Pourquoi faire ? Je suis très bien là où je suis. - Ca te forcerait peut-être déjà à prendre une douche. Mec, tu pus à travers le combiné je te jure ! Puis tu reverrais tes proches, on s'inquiètes tu sais .. puis moi ça devrait te suffire. Clive marqua un temps d'arrêt, comme s'il hésitait à aller au fond de ses pensées. Quelques secondes durant lesquelles aucun des deux amis ne s'était décidé à prendre la parole. Puis aller voir Harlow pour commencer, parler avec elle peut-être, essayer de régler vos problèmes. Sentant certainement qu'il avait fait mouche, Clive esquissa un sourire que Jedh était capable de deviner, même à l'autre bout du continent. Pour répondre à la question que tu te poses : oui elle est à Redcliff. Où d'autre voudrais-tu qu'elle aille de toute façon ? Bordel bouges-toi le cul et arrêtes de faire l'abruti à te morfondre chez toi ! - Je t'emmerde Clive, d'accord ! dit-il sans vraiment le penser avant de raccrocher et de s'étaler telle une larve en compagnie de Gladys qui le toisait en bougeant sa tête de façon étrangement mignonne. Après sa torture mentale habituelle, Jedh s'était endormi à la nuit tombée, ravalant les larmes de détresse qui menaçaient d'exposer sa tristesse. (...) Quelques jours plus tard, il empaquetait ses affaires. Gladys dans sa cage, calée sous son bras, il était prêt à retourner sur les terres de ses racines, persuadé que s'il la retrouvait, tout s'arrangerait.


( ★★★ )

Trois semaines. Trois longues semaines que ses yeux ne s'étaient pas posés sur son radieux visage. Trois semaines qu'il rêvait de pouvoir à nouveau toucher sa peau mâte et douce. Trois semaines où son absence était comparable à la torture d'un coup de poignard. Face à la porte qui, il l'espérait, la mènerait à elle, Jedh inspirait longuement. Pendant quelques secondes qui lui parurent durer des heures, il s'humidifia les lèvres, contenant sa respiration pour qu'elle atteigne un rythme quasi normal et concentra toute son énergie pour ne pas s'ébranler une fois face à elle. Puis il la poussa enfin, cette porte. Il la poussa sans un bruit. Comme hypnotisé, il s'avançait dans l'allée qui descendait jusqu'à l'estrade sur laquelle ils se trouvaient. Harlow et Clive. Ses sourcillent s'étaient froncés. Un mauvais presentiment envahissait son corps d'un frisson presque douloureux. Son coeur s'accélérait à mesure que ses pas le conduisaient à eux, pas lents, automatiques. Il lui sembla croiser le regard de Clive un instant, mais la seconde suivante une vision d'horreur s'offrit à lui. Clive s'emparait des lèvres d'Harlow dans un baiser profond et langoureux. Estomaqué, les yeux ronds sortant de leurs orbites, sa bouche se faisait pâteuse et ses mains moites et tremblantes. Jedh eut tout d'abord un mouvement de recul. Sans cligner des yeux, il contemplait la scène avec dégoût. Les yeux clos, il se mit à rire en silence, évacuant cette rage qui prenait possession de son corps. Ses poings s'étaient serrés, il faisait demi-tour tour, claquant derrière lui cette porte qu'il pensait libératrice. Jedh attends ! Un sourire haineux sur les lèvres, il continuait à avancer à pas rapides jusqu'à la sortie, espérant que Clive s'arrête de lui courir après. Jebediah ! Le poing serré, le mâchoire cripsée, Jedh pensa un instant à se retourner pour évacuer sa haine en laissant son poing s'écraser contre la joue de son dit ami, mais il se ravisa au moment où Clive atteint sa hauteur. Jedh, laisse-moi juste m'expliquer.. - Il n'y a rien à dire, rien.. Ravalant à nouveau un rire, il se pinçait les lèvres assez fort pour contenir cette houle de sentiments qui se déversait en lui. Ne pas craquer, surtout ne pas craquer. Tu voulais que je viennes pour avoir des réponses à mes questions, je pense en avoir vu assez pour comprendre. La mine de Clive s'était crispée, bien conscient de la détresse et la haine de son ami. Ecoute.. la situation est plus compliquée que tu ne le crois et ... - Te fatigues pas mon vieux. Si elle est heureuse ainsi, que veux-tu que je fasse ? Prends soin d'elle, c'est tout ce que je te demande. Fais-le en souvenir de notre amitié qui malheureusement prend fin aujourd'hui. Clive s'avança d'un pas, pensant un instant à le retenir. Seulement, Jedh s'était déjà retourné et marchait en direction de la sortie, d'un pas plus lent et résigné. Dans sa fuite il lui sembla entendre comme un murmure des excuses qui ne désirait pas accepter. Je suis désolé. Dehors, et parce qu'il ne pouvait plus tout contenir, Jedh frappa violemment le mur de brique qui servait d'édifice au lycée. Il criait à qui voulait bien l'entendre cette rage qui le consumait. Tous les regards étaient tournés vers lui, mais il n'en avait que faire. Il n'en désirait qu'un seul de regard et il l'avait perdu.

_________________

Love's involved with spending time together, but spending time apart, can lead to loving even more -- remember me  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Wendy Berlioz
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: hearts of gold   Dim 29 Jan - 13:36

▪ you're in my veins ▪

   
   
- harlow hartley burghs -
29 ans - romancière, professeur au lycée - indian legend
date, lieu de naissance: un temps d'hiver à maggie valley, en caroline du nord. la neige et le froid pour l'accueillir cet enfant du début d'année. le douze janvier, elle vu le jour il y a vingt neuf ans nationalité, origines: américaine par sa naissance sur le sol américain. elle est de caroline du nord pour être exacte, même. elle est un mélange du nord et du sud, des états unis et de la colombie. un métissage plutôt réussi qui réussi à toutes les filles hatley. statut civil, orientation sexuelle: elle était heureuse la pauvre utopiste, elle avait plein de rêves et de projets l'idiote rêveuse. elle avait la foi la pauvre croyante. elle lui avait dit oui pour aujourd'hui et les autres jours jusqu'à sa mort. elle était sa femme, elle l'est mais elle ne le veut plus. une alliance qui reste à son doigt, un amour qui lui perfore le coeur, un mariage résumé à des papiers. voilà où elle en est, sans trop savoir où elle va après ça. job, statut financier: joueuse de mots, dompteuse d’orthographe, marionnettiste de personnages de papier, elle est l'auteur de cette nouvelle saga au succès étrangement similaire à celui de celle d'un sorcier. nouveau engouement, second tome à peine publié, elle devrait finir le quatrième pour sa maison d'édition mais elle ne veut plus, elle ne peut plus l'amatrice de mots. inspiration envolée, car la muse, la source, l'essence même de corny, son personnage masculin est parti. elle est qu'une sage sans amour de sa vie. elle est partie avec si peu d'argent, qu'on peut croire qu'elle voulait tout lui donner de sa réussite, comme pour se faire pardonner ce divorce. son argent est sur leur compte commun, elle refuse d'y toucher et vit avec le liquide qu'elle avait. aujourd'hui n'ayant plus assez pour vivre, même en logeant chez sa soeur, elle a décroché un boulot en tant que professeur de littérature anglais et de musique au lycée de la ville. situation familiale: beaucoup de hartley que parfois on s'y perd. avec cinq filles leur parents, ont eu de quoi faire. leur mère parfois plaisante en disant qu'elle a accouché de triplet puis de jumelles, car il y a deux clan qui très souvent n'en forme qu'un. leur père est un entrepreneur dans le domaine du bois, et il est aussi pdg d'une entreprise de meubles design en bois naturel. leur mère est un professeur de musique à la retraite maintenant. cinq filles, de 30 à 22 ans, elles ont tous leur caractère. entre izzy l'ainé, harlow, lyssa, bailey et tilly, chacune a son parcours, chacune a sa vie. et pourtant quand il est question de musique aucune divergeance. elles étaient la chorale de leur ville à elles cinq. traits de caractère: douce, bornée, sociable, farceuse, taquine, sarcastique, susceptible, aimante, drôle, brisé, passionnée, créative, hyperactive, altruiste, avenante, sensible, expansif, pudique, fleur bleue. avatar, crédits: chloe bennet, cbennetdaily.tumblr.

- it's these expressions you never give -
(001) les hartley sont plus qu'une famille, c'est un clan, fermé pour certains et pourtant très accueillants. famille de mormon, elle n'a pourtant pas cet aspect très hostile, bien au contraire. leurs parents ont su allier foi et modernité. la sororie hartley est une joyeuse bande, très soudées qui aime à faire passer des interrogatoire muscler aux ami(e)s, petits amis des autres. bande soudée, les soirées pyjama c'était tous les soirs chez les hartley. harlow aime sa famille et a toujours eu un très grand respect et amour pour les siens. elle aime à se retrouver en famille.  (002) ce qui rapproche les soeurs hartley, encore plus que les soirées pyjama, c'est la musique. avec un papa musicien à ses heures perdues et une mère chef de choral, les filles sont tombées dedans petites. d'abord simplement les soirs accompagnées de la guitare de leur père, puis à l'église. à l'adolescence les trois ainées commencent à poster sur internet des cover, puis harlow part de son côté et elles poursuivent leur chaine youtube encore aujourd'hui, mais parfois ensemble parfois en solo, c'est à cinq qu'elles font vivre cette chaine. (003) écriture, roman, sage, corny (004) jedh (005) philadelphie (006) gladis la tortue, silver l'écureuil (007) stérilité, futur (008) objets porte bonheur, alliance, stylo gravé à leurs initiales (sage et corny) (009) foi, mariage, divorce (010) iggy, sa vie à redcliff



✻ ✻ ✻
pseudo, prénom: abisror, lisa. encore moi  :grrr: . âge, pays: c'est impoli et dangereux de donner ça sur internet  :siffle: . personnage: c'est inventé pré-lien pas posté car scénario, ouais j'aime vous embrouiller  :moustachu: . dédicace: à ma bande de fous  :graou: je vous love.  :inlove: à mon jedh que j'aime mais que j'abandonne  :coit: à moi car je me suis trop fait du mal à attendre  :vnr: .

_________________

Love's involved with spending time together, but spending time apart, can lead to loving even more -- remember me  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Wendy Berlioz
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: hearts of gold   Dim 29 Jan - 13:37

- philadelphia, pennsylvanie, united state, east cost, december, 2013 -
Les gestes de Sage filent emportaient comme dans un courant d’air caressant une couche de neige. Le tout est emporté par les mots que ses doigts tapent sur le clavier de son ordinateur. Callée dans le canapé sous un plaid pilou, à la lumière chancelante de bougie, Harlow était aspirée dans ce monde bien trop éloignée de cette nuit enneigée à Philadelphie. Son personnage, Sage virevoltait dans les mots qu’elle tapait comme les flocons à l’extérieur. Harlow ressentait la force de Sage, elle la possédait en cet instant, par la puissance des mots, des sonorités de sa langue. Plongée dans cette bataille fictive, elle en oublie l’heure qui file, l’aurore qui approche, ses yeux qui pique face à la lumière de son pc, ou encore même les pas feutrés de cet homme qui se faufile derrière elle. Elle semble si absorbée, mais c’est encore qu’une apparence, elle est plus éveillée à ce qui l’entoure que ce que l’homme ne croit. Elle accueille d’un sourire, yeux rivés toujours sur l’écran, le souffle chaud de l’homme qui se penche au-dessus de son épaule. “ Did you see the hour ? ” Elle hausse à peine les épaules, mais sourit cette belle aux airs d’ailleurs. “ Can you strangle me ? You know, pass your arm around my neck. ” Elle a parfois des demandes bizarres Harlow, elle ne s’en rend pas compte, trop plongée dans son monde. Pourtant, il ne semble pas surpris Jedh, il est habitué. Il s’exécute, il passe doucement son bras gauche sur son épaule et le referme doucement sans serrer autour du cou d’une Harlow jusque-là décontractée. “ Like this miss? I don’t know why you do this to her. ” Son souffle qui caresses sa joue timidement, comme une brise fraîche en été. Il est calme, alors qu’elle est agitée. Sa respiration se saccade, même si elle tente de le dissimuler. Elle se laisse doucement aller à cette tension. Elle penche légèrement la tête pour inviter Jedh à avancer le sien. “ I need to do it. If I do not, she will not be strong enough. She will always be weak. ” Jedh la contourne et vient s’assoir sur le canapé à côté d’elle. Il glisse ses jambes sur lui et commence à lui masser tendrement ses mollets endoloris par une position tenue trop longuement. Elle lève enfin son regard chocolat sur cet homme. Le regard brillant à la lumière des bougies, cet homme l’envoute, l’enivre. Ses mains remontent trop, elles se font peu catholique et ses lèvres hurle leur désir silencieux des siennes. “ Let them have a moment, alone. Let them, and come with me. ” Elle lui résiste, encore un instant. Elle se joue de lui, hausse un sourcil, le défi. Il est si près d’elle, et encore trop loin, ses mains baladeuses ne sont encore pas assez aventureuses pour elle. Elle attend, elle le regarde, le dévore, le désire. “ Mrs Burghs. ” Et toute les barrières ou toute résistances qu’elle tentait d’avoir s’effondrent avec ce magnifique sourire. Elle clape son ordinateur et grimpe sur lui. Elle l’est. Mrs Burghs. Elle est sa femme. Il est son monde, son époux, son avenir. Il est son tout et ce bonheur qui en résulte n’a aucun équivalent vivant. Elle le sait, Madame Burghs.
- redcliff, arizona, united state, southwest, january, 2017 -
Les rires, le tintement des verres à vin qui s’entrechoquent, accompagnés de regard bienveillant et heureux emplissent la pièce, mais pas son silence meurtrier. Elle est silencieuse, elle est plongée dans ce mutisme depuis tellement de temps, que ses cordes vocales parfois oublient comment produire un son. Harlow est silencieuse, recouverte de cet immense nuage noir de désolation. Elle semble là, mais elle est au fond de ce trou. Comme Alice, elle est tombée dans le trou du lapin, mais il n’y a pas d’issus, car elle ne se réveillera pas Harlow Darling. Elle vivra dans ce monde merveilleux de cauchemars à vie. Elle regarde ses sœurs, affichant ce masque qu’elle maîtrise si bien maintenant. Malgré ses absences, elle semble se remettre de tout cet enfer, enfin elle semble juste. Alors qu’Izzy propose de passer au dessert, d’achever sans le savoir Harlow d’un coup de couteau dans ce gâteau, cette dernière reste silencieuse et lui répond dans un sourire qui n’a de sincérité que son jeu. Cette autre qui la remplace se réjouie de prendre une année, de souffler sa première bougie sans lui, de commencer une vie sans lui. L’autre c’est elle, mais elle n’est pas l’autre. Une barrière entre les deux que l’une franchis alors que l’autre reste bloquée, tétanisée par la peur. Alors qu’Izzy et Lyssa quittent la pièce, la laissant seule, elle retombe, se recroqueville sur elle Harlow. Les épaules voutées, elle redevient cette femme qui s’est figée dans un temps passé sans emprise sur le présent. Elle poste machinalement une main sur ce ventre qui restera désespérément vide, qui n’abritera jamais la vie. Harlow se perd encore sur les mots qu’on lui a crachés avec douceur à la figure. Elle se focalise sur ces mots, qu’elle n’a su lui répété. Le temps file, elle entend vaguement lui parler avant de poser sa main sur son épaule. Elle relève son regard sur le mari de son ainé et lui adresse un pâle sourire. “ It’s talking in the kitchen. ” Il plaisante, mais elle ne sait plus le remarquer pour se joindre aux plaisanteries. “ I gonna see if they need help. ” Sans un autre mot elle se lève et se dirige vers la cuisine où les paroles de ses soeurs montent en volume. “ She needs to know Izzy ! ” Sa cadette semble énervée, voir bien remontée, ce qui ne surprend pas Harlow, car Lyssa était la passionnée, l’impulsive maintenant de la troupe Hartley. “Not today, Lyssa. It’s her birthday, don’t screw up her day.” Les cris s’intensifient, les arguments fusent, les deux camps s’affrontent, mais la raison de cette guerre verbale reste tue. Harlow comprend qu’il est question d’elle, mais quand elle s’apprête à pénétrer dans la pièce une main amicale se pose sur son épaule. “And if I gonna claim your cake ?” Harlow observe Clyde qui n’est en rien innocent vu son sourire presque trop force sur ton visage. “ What are they talking about, Clyde ?” “Not today Harlow. Come on.” “About what !” Sa voix est poussée, trop forte. Les cris dans la cuisine se sont tus, le regard de Clyde est fuyant. Puis, il soupire en la regardant alors que ses sœurs sortent de la cuisine, aussi anxieuses que lui. “ Izzy has a boy in her class…” “Yes like every teacher Lyssa !” Ses soeurs la fixe avec tellement de peine, de la pitié même et Harlow commence à comprendre en se voilant la face peut être trop. “ Today, Jedh came to bring him. The boy’s mum said to Izzy he’s…” Les mots ne sortent pas, restent silencieux, mais Harlow les comprend. “Say it… SAY IT !” Elle les observe de ce regard fou, de ce regard d’aliénée. Izzy s’avance doucement d’un regard doux et protecteur. “She said me Jedh is the father of her son. It’s Suri, his ex…” “Shut up ! Shut up all !” Elle repousse la main de Clyde qui se voulait réconfortante sur son épaule. Sa vision est brouillée, brûlant comme de l’acide. Ces larmes sont corrosives sur ses joues, mais ce n’est pas pire. Son cœur lui explose. Telle une grenade, il touche de ses millions d’éclats chaque organe, chaque partie de son corps. Elle chancèle, elle titube, elle se cogne en voulant fuir de ce cauchemar. Ce cauchemar sans fin, qui ne semble jamais fini, qui se noircit toujours plus. Elle tombe du haut d’une falaise, se faisant accueillir par des pointes tranchantes de rochets meurtrier. Elle tombe vers la mort, mais sa chute mortelle ne lui apporte même pas le calme de la mort. Elle brûle sans fin sur un bûcher éternel.
Spoiler:
 

_________________

Love's involved with spending time together, but spending time apart, can lead to loving even more -- remember me  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Wendy Berlioz
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: hearts of gold   Dim 29 Jan - 13:38

Arth Maitland a écrit:
aller pour nous motiver un peu  :brille:





_________________

Love's involved with spending time together, but spending time apart, can lead to loving even more -- remember me  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Wendy Berlioz
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: hearts of gold   Dim 29 Jan - 13:40

(03/03) paupières closes.

- (♀) surie -
vingt-neuf/trente ans - job - libre
surie est originaire de redcliff ou y est arrivée très jeune. son histoire en elle-même est libre, mais elle a grandit dans la même génération que jedh, partageant des amis en commun. elle n'était pas une fille facile à l'adolescence, mais n'était pas pour autant une sainte ni touche. et c'est cette résistance et cette capacité de dire non qui a d'abord plu à jedh. elle est tombée enceinte à vingt-deux/trois ans, juste avant le départ de son amant pour la côte est. elle n'est pas certaine de sa paternité, mais se doute que le père de son fils ne peut être que jedh. elle n'en a jamais rien dit, elle ne l'a jamais embêté avec cette histoire, préférant élever son fils seul. et ce même lorsqu'elle a appris qu'il faisait fortune à l'autre bout du pays. elle n'est pas idiote, elle ne souhaitait pas lui mettre des bâtons dans les roues. un peu manipulatrice sur les bords, elle sait ce qu'elle veut et ces derniers mois c'est lui son désir. et elle fera tout pour qu'il oublie sa femme et qu'il lui revienne.
suggestions d'avatar: une blonde de préférence, mais c'est au choix, je suis franchement pas difficile.
surie et jedh ça remonte à bien des années. ils se sont rencontrés à cette période où jedh n'était pas guidé par son coeur, mais par ses hormones. et ils ont eut cette aventure, courte, mais tumultueuse. pas d'amour, une simple affection partagée qui s'est soldée par le départ inattendu de jedh pour philadelphie. ils ne se sont plus revus pendant plus de six années, chacun suivant un chemin bien différent. mais récemment, ils se sont retrouvés, au détour d'une rue. c'est elle qui l'a reconnu la première, incapable d'oublier ce regard perçant. et s'il broyait du noir elle a sut balayer ces idées sombres qui lui barraient l'esprit. il a trouvé en son sourire un échappatoire à sa détresse (sa femme demande le divorce, sans pour autant lui avoir expliquer pourquoi). il y a un mois, elle s'est enfin décidée à lui présenter noah. leur fils. c'est tout nouveau pour surie, de présenter noah à un homme, et ça l'est encore plus pour jedh qui était loin de se douter qu'il était père, surtout d'un bonhomme de six/sept ans.
le lien est à construire ensemble, à savoir qu'ils se rapprochent doucement et ce grace à noah. mais jedh a et aura toujours harlow en tête, parce qu'elle est tout son univers. il ne mentirait pas à surie à ce sujet, mais de son côté elle tient énormément à lui et est prête à être plus ou moins cette roue de secours qui lui permettrait d'avancer à nouveau.


- (♀) clive -
trente - dans l'événementiel - libre
ici vous pouvez écrire quelques lignes directrices sur l'histoire du personnage, vos idées, son caractère. néanmoins, n'imposez pas trop de détails, et laissez une part de liberté.
suggestions d'avatar: au choix, je suis pas difficile alors faites vous plaisir.
ancien meilleur ami/frère. trahison. nouvel ennemi.
extraits:
 


- (♀) prénom burghs -
vingt-trois/six ans - job - libre
ici vous pouvez écrire quelques lignes directrices sur l'histoire du personnage, vos idées, son caractère. néanmoins, n'imposez pas trop de détails, et laissez une part de liberté.
suggestions d'avatar: libre, veillez seulement à ce qu'il y est des traits de ressemblance avec matthew.
petite soeur.

_________________

Love's involved with spending time together, but spending time apart, can lead to loving even more -- remember me  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://landoftheliving.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hearts of gold   

Revenir en haut Aller en bas
 
hearts of gold
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pandora box gold bandai hk
» Appendix Gold Cloth Objects - Décembre 2010
» [Jeux Vidéos] La Saga "Kingdom Hearts"
» Gold Ransburg McQueen
» Noblesse oblige (Kind hearts and coronets)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INDIGO HOME :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-
Sauter vers: